Perceptions

la revue                                             

Le deuxième numéro explore la LIMINALITÉ

La liminalité, comme lieu ambigu et moment de sursis entre ce qui était et ce qui pourrait advenir, ouvre un ensemble de possibilités qui nous appartient de saisir. À l’échelle planétaire, la crise écologique incarne cet état où une période transitoire apparaît inévitable ; ne sommes-nous pas déjà dans ce moment incertain? Motivée par l’ordre des choses actuel qui redéfinit notre rapport à l’environnement, sous toutes ses facettes, l’équipe de Perceptions invite cette année à réfléchir au concept de liminalité. 

 

Concept multidisciplinaire dont les contours sont difficiles à tracer, la liminalité désigne une transition entre divers états, lieux ou conditions. C’est un entre-deux. D’abord élaboré dans le champ de l’ethnographie par Arnold Van Gennep pour définir l’état transitoire d’un individu à l’intérieur de sa communauté, le concept prend une dimension spatiale par l’intégration qu’en fait Aldo Van Eyck à l’architecture afin de réconcilier des espaces « opposés » tels que l’extérieur et l’intérieur. Ici, la liminalité intervient comme moyen d’attribuer aux espaces transitoires des caractères propres, notamment de rencontre et d’échange. Ces lieux passagers se multiplient dans la ville post-moderne et sont souvent caractérisés par leur absence de sens : l’aéroport, la salle d’attente, le stationnement, l’escalier roulant, le seuil de la porte, etc. Dans une perspective sociologique, selon Sharon Zukin, l’embrouillement des frontières entre des catégories d’espaces, particulièrement entre espaces publics et privés, témoigne de zones liminaires propres à la société libérale. Le concept peut également incarner des espaces intermédiaires de précarité et de contrôle : les bidonvilles et les camps de réfugiés sont autant géographiquement que symboliquement des espaces transitoires, marginaux et liminaux.  Ces déclinaisons témoignent des nombreuses façons dont peut apparaître la liminalité dans l’aménagement et dans le design. De frontière à lisière, de zone d’exclusion à lieu d’échange, des ensembles urbains à l’espace d’un immeuble, une multiplicité de sens, de formes et d’échelles convergent et se croisent dans ce concept. 

 

Tant d’un point de vue théorique que pratique, comment intervient le concept de liminalité en aménagement et en design? L’enjeu de ce numéro de Perceptions consiste donc à interroger des objets, des lieux, des espaces ou des instants, qui par définition se situent dans un « entre-deux » ; il s’agira de questionner les rapports transitoires avant-après, extérieur-intérieur et marge-norme. En découlent plusieurs sous-questions à explorer. Quel est le sens des espaces liminaux et à quoi peut-on les identifier? Comment sont-ils perçus, vécus et appropriés par différents acteurs, disciplines et sensibilités? Comment la compréhension, l’attention ou le désintérêt à l’égard de la liminalité peut-elle informer sur l’état de différentes pratiques et théories dans le champ large de l’aménagement et du design?

L'appel à contributions est en cours

Tu es intéressé.e à explorer la thématique de la liminalité avec nous? Tu fais partie de la communauté étudiante tous domaines confondus ou tu es récemment dîplomé.e? 

MÉDIUMS ACCEPTÉS

Nous cherchons à diffuser une multitude de médiums de l’aménagement et du design sous forme d’essais, d’articles, d’entrevues, de textes d’opinion, de créations littéraires, de photographies, de modélisations, de dessins, d’esquisses, de croquis ou de tout visuel expressif d’un point de vue. 

Prioriser les formats .DOC (word), .PDF, .JPG et .PNG. 

MODALITÉS SUPPLÉMENTAIRES

Les contributions doivent être en français (anglais accepté avec résumé en français) et contenir :  nom complet de l'auteur.e, programme d’étude, institution d'étude ainsi qu'une courte biographie écrite à la troisième personne. Les textes sont limités à 3 000 mots et le visuel doit être accompagné d'un texte d'intention. Les contributions doivent être envoyées par courriel à l'adresse revueperceptions@gmail.com.

DATE LIMITE

12 janvier 2020

DOCUMENTS

Télécharger l'appel à contributions

  • Facebook